Chaleur, sueur et bonne humeur !

Après trois jours de course, l’équipe technique BFGoodrich est désormais bien rodée et le BFGoodrich Dakar Service Center tourne à plein régime.

Les 10 monteurs BFGoodrich avaient hâte de découvrir cette épreuve mythique et ils ne sont pas déçus : le Dakar est au moins aussi difficile qu’ils l’avaient imaginé !

 « Le premier jour a été terrible avec 40°C à l’ombre et 90% d’humidité » raconte Sébastien, le coordinateur. « Deux d’entre nous ont fini au centre médical du bivouac déshydratés, dont le cadet de la bande, Lucas, qui avait perdu une dent avant même le départ du rallye.

« J’ai le plus beau sourire du bivouac, non ? », plaisante Lucas, 19 ans. « La chaleur rend le travail plus difficile. On transpire à grosses gouttes, et surtout, on récupère mal car il fait encore 30°C la nuit... Mais bon, c’est le Dakar ! »

« La taille du bivouac et toute la logistique m’impressionnent beaucoup. Je pensais qu’on était perdu au milieu de nulle part, mais pas du tout, on est dans un vaste espace clos aux abords des villes. »

 « On a commencé dare-dare avec 120 pneus remplacés le premier jour » reprend Sébastien. « Avec la chaleur, montages et démontages étaient plus compliqués, notamment avec les gros pneus BFGoodrich Baja KDR2 des Peugeot. On a modifié la machine de montage, ça va mieux. »

 Le BFGoodrich Dakar Service Center ferme ses portes aux alentours de minuit. Après une courte nuit sous la tente, et un réveil brutal pour ceux qui ont peur des insectes, comme Michael et sa sauterelle, les monteurs de BFGoodrich prennent le bus, puis l’avion pour rallier le bivouac suivant. Il faut tout installer dès que le camion-atelier arrive pour être prêt en début d’après-midi.

See also:

  • DAKAR 2017

    And the winner is …

    18/07/2017

    +
  • DAKAR 2017

    GOOD PROJECT DAKAR EDITION: LAST CALL

    30/05/2017

    +
  • DAKAR 2017

    Aux portes du Perou

    17/05/2017

    +
More